Laboratoire Communication, culture & Société

« Ressources génétiques » : histoire de l’évolution d’un concept en relation avec celui de biodiversité » discours et pratiques d’acteurs autour de l’articulation du sauvage et du domestique

mercredi 26 janvier 2011

Résumé :

Dans le cadre de l’étude « Ressources génétiques » : histoire de l’évolution d’un concept en relation avec celui de biodiversité » discours et pratiques d’acteurs autour de l’articulation du sauvage et du domestique, la FRB a recruté un post-doctorant pour une durée de 24 mois, accueilli par l’équipe « Communication, Culture et Société » (ENS Lyon) du Centre Norbert Elias (UMR 6285) en partenariat avec l’Unité URFM INRA Avignon. Domaines de recherche : sciences de la communication, socio-anthropologie de l’environnement, études « STS » (Sciences, technologies et société »)

Post-doctorant : Fabien Milanovic,

Co-direction du post-doc :

- Igor Babou (maître de conférences Habilité à Diriger des Recherches en sciences de l’information et de la communication, Centre Norbert Elias - UMR 6285, équipe « Communication, Culture et Société » ENS Lyon)
- Francois Lefèvre (DR Habilité à Diriger des Recherches, URFM - Écologie des Forêts Méditerranéennes, INRA Avignon)

Un comité de pilotage (voir plus bas la liste des membres) assurera un suivi du projet

Présentation de la problématique :

Cette présentation est provisoire et appelée à se modifier dans le cours de la recherche : elle a été proposée pour permettre le recrutement du post-doctorant, qui dispose d’une importante marge de manœuvre dans son élaboration.

Le présent projet de post-doctorat part d’un ensemble de questions soulevées par l’évolution de la notion de « ressources génétiques », dont les usages ont fortement évolué depuis 40 ans, et se sont notamment déplacés entre des communautés de chercheurs en sciences de la vie et des communautés d’acteurs très différents (agriculteurs, gestionnaires, etc.). Nous souhaitons travailler sur l’hypothèse que ces usages pourraient être structurés par des oppositions plus ou moins implicites entre des domaines d’activité plutôt préoccupés du « sauvage » ou bien plutôt préoccupés de la gestion du « domestique ». La recherche se focalisera sur le cas des ressources génétiques végétales.

L’enjeu du projet est aussi d’étudier les relations entre différentes communautés d’acteurs, de manière à tirer des leçons de l’analyse d’un concept « ancien » (les « ressources génétiques ») et de ses usages sociaux pour comprendre les évolutions d’un concept plus récent (la « biodiversité »), là aussi dans ses usages sociaux.

En amont de cette réflexion, ce qui paraît être en jeu c’est l’opposition entre des conceptions réductionnistes et holistes des sciences de la vie. On peut même penser que cette opposition n’est pas uniquement caractéristique des épistémologies en cours au sein du champ scientifique, mais qu’elle concerne également les luttes sociales autour de l’agriculture et de la génétique. Au plan international, on constate que si, en France, la notion de « ressources génétiques » s’est fortement recentrée sur son volet domestique, certains chercheurs, en Angleterre, développent une approche radicalement opposée et se recentrent sur le volet sauvage.

Toujours en première analyse, on peut penser que la structuration de cette notion de « ressources génétiques » a été nourrie par des processus de circulation sociale et par des dispositifs de communication qui ont pu aussi bien favoriser que restreindre son appropriation par les acteurs : on sait aujourd’hui qu’une discipline, un concept, une pratique scientifique, ne correspondent pas uniquement à des champs discursifs internes aux sciences et relevant d’une épistémologie ou d’une histoire des idées, mais s’inscrivent dans des pratiques, des discours et des dispositifs de communication qui en assurent la formalisation, la légitimation et la circulation au sein de différentes sphères du débat public. On peut ainsi se demander si la notion de « services rendus par les écosystèmes », qui est mobilisée dans le contexte des débats autour de la biodiversité, ne fonctionne pas comme une rhétorique de légitimation visant à assurer « l’acceptabilité » sociale et politique de pratiques environnementales. On peut également se demander si cet argument utilitariste n’est pas un dénominateur commun contribuant à l’évolution des concepts de « ressources génétiques » et de « biodiversité ». Symétriquement, il conviendrait peut-être aussi d’analyser la forte critique du « ressourcisme » que l’on peut constater dans certains milieux militants écologistes ou altermondialistes (en particulier dans les rapports Nord-Sud) et qui interroge les fondements géopolitiques et économiques de la notion4. On peut enfin se demander dans quelle mesure la notion de ressources génétiques a pu s’autonomiser, et quelles interactions ont pu se construire avec les discours et pratiques qui ont inscrit la notion de « biodiversité » dans le débat public.

Pour répondre à ces questions, et vérifier les hypothèses qui orientent cette réflexion préalable, le post-doctorant devra commencer par une analyse de la littérature scientifique (en biologie, en histoire des sciences, sociologie et anthropologie des sciences, sciences de l’information et de la communication) de manière à se doter d’un cadre théorique lui permettant de construire sa problématique. L’approche ethno-sémiotique développée par l’équipe « Communication, Culture et Société » sera privilégiée, et demandera un intérêt aussi fort pour l’analyse de discours (scientifiques et/ou médiatiques) que pour l’enquête de terrain (étude des dispositifs, des jeux d’acteurs, des pratiques). Une bonne connaissance des problématiques du champ « STS » (sciences, technologies et société), du champ de la socio-anthropologie des relations homme-nature et du champ de la communication sera indispensable.

Un premier volet de questionnement apparaît nécessaire : il s’agira de comprendre la construction épistémologique, sociale et communicationnelle du concept de « ressources génétiques » à partir de l’analyse des textes scientifiques, de productions médiatiques, et des dispositifs qui en ont assuré la circulation et l’autonomisation, sans forcément présupposer l’existence d’une logique interne au champ scientifique. Il s’agira notamment de suivre les liens entre le champ conceptuel des « ressources » et celui de la « biodiversité ». Ce corpus de textes, les acteurs concernés et les dispositifs à étudier restent à ce stade, à préciser voire à découvrir.

Un second volet d’analyse concernera les régulations juridiques et politiques qui accompagnent l’émergence et l’autonomisation de la notion de « ressources génétiques ». Il s’agira de construire un corpus de textes émanant d’instances internationales ou encore des ministères concernés. Là encore, il s’agira de suivre les éventuels liens entre le champ des « ressources » et celui de la « biodiversité ».

Un troisième volet, très important pour cette recherche, consistera en un travail d’enquête de terrain notamment autour de filières où se joue la tension entre « domestique » et « sauvage ». Des études de cas, qui restent à déterminer, viendront éclairer la dimension des pratiques professionnelles et scientifiques soit dans des filières où la disjonction entre domestique et sauvage est forte, soit au contraire dans des filières où il y a continuité. Il s’agira de constituer des terrains comparatifs et de les étudier en partant des pratiques et discours des acteurs de la recherche, de l’agriculture, de l’environnement mais aussi de citoyens engagés publiquement autour de ces thèmes, avec leurs attentes sur les espaces concernés. On cherchera alors à comprendre par quelles médiations (sociales, techniques, discursives, juridiques, etc.) une représentation du sauvage et du domestique se construit, et comment les notions de « ressources génétiques » ou encore de « services rendus par les écosystèmes » peuvent s’articuler à des pratiques, les conformer, être interrogées ou dénoncées, etc.

Comité de pilotage :

Joëlle Le Marec Professeur, ENS de Lyon Équipe "Communication, Culture et Société"

Igor Babou Maître de conférences HDR, ENS de Lyon Équipe "Communication, Culture et Société"

Francois Lefevre Directeur de Recherche HDR INRA, URFM - Ecologie des Forets Mediterraneennes, UR 629

Isabelle Bonnin Responsable du Pôle Acteurs et interface science-société Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB)

Elise Demeulenaere Chargée de recherche au CNRS UMR Eco-anthropologie et Ethnobiologie Muséum National d’Histoire Naturelle

André Charrier Professeur à SupAgro (Montpellier) UMR Diversité et Adaptation des Plantes Cultivées ancien directeur du Bureau des Ressources Génétiques (BRG)

Pierre-Henri Gouyon Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, à l’AgroParisTech et à Sciences Po Laboratoire : Origine, Structure et Evolution de la Biodiversité (OSEB, UMR7205), Equipe de Botanique Département de Systématique et Évolution

Etienne VERRIER Professeur AgroParisTech - Dépt Sciences de la Vie et Santé UFR Génétique, Elevage et Reproduction UMR Génétique Animale et Biologie Intégrative INRA - Dépt Génétique Animale

Isabelle Doussan Chargée de recherche à l’INRA Groupe de Recherche en Droit, Economie et Gestion (GREDEG) Université de Nice-Sophia Antipolis, faculté de Droit


Home page | Contact | Site Map | Private area | Statistics | visits: 290258

Site created with SPIP 1.9.2p + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSRecherches RSSRecherches en cours   ?

Creative Commons License